La réforme du lycée en français

Oral du Bac de Français 2021 : la méthode de l’analyse linéaire

Oral du bac de Français : l'analyse linéaire

Avec la réforme du Bac de 2020, le déroulement de l’épreuve orale du bac de français a été modifié. On demande désormais au candidat de présenter une analyse linéaire de l’un des textes sélectionnés par son professeur de Français. L’analyse linéaire (que l’on appelle aussi commentaire linéaire, explication linéaire ou lecture linéaire), est différente du commentaire composé (ou analytique) que l’on trouve dans l’épreuve écrite du Bac de Français. Comment construit-on un commentaire linéaire ? Dans cet article, Alveus t’explique la méthodologie attendue par l’examinateur et te transmet de bons conseils pour devenir infaillible sur le sujet !

Attention : le commentaire ne correspond qu’à une partie de l’épreuve, car l’examinateur te posera ensuite une question de grammaire et te demandera de présenter une oeuvre complète du programme. Pas de panique, nous t’expliquons tout cela en détail dans l’article Nouveau bac de français, ce qui change dès 2020, que nous te conseillons de bien lire !

Tu veux devenir un pro du Français ?

Participe à nos ateliers de méthodologie gratuits à Paris !

Je m’inscris aux ateliers gratuits

Tu veux devenir un pro de …… ?

Participe à nos ateliers de méthodologie gratuits à Paris !

S’inscrire

1. La place du commentaire linéaire dans l’épreuve de l’oral de Français au Bac

 

L’épreuve orale du bac de français se déroule en 3 temps :

  • Préparation du commentaire linéaire sur un des textes travaillés pendant l’année (30 minutes) ;
  • Exposé : l’élève présente son commentaire linéaire à l’oral et répond à une question de grammaire (12 minutes) ;
  • Présentation d’une oeuvre au programme (choisie par le candidat) et entretien avec l’examinateur (8 minutes).

 
L’explication linéaire consiste dans la présentation à l’oral d’un texte de littérature étudié en classe dans l’année. Le but n’est pas de réciter par coeur les analyses produites en classe, mais de montrer que tu as compris le texte et que tu es capable d’utiliser le vocabulaire de l’analyse littéraire pour l’expliquer.

L’enjeu du candidat est de réussir à restituer correctement ses connaissances au moment de la préparation et de les organiser dans un discours argumenté et fluide à l’examinateur.

Les points sont répartis sur l’ensemble de l’épreuve, ce qui veut dire que tu ne dois relâcher tes efforts qu’à la fin des 20 minutes d’oral. Une très bonne analyse linéaire ne suffit pas pour t’assurer une bonne note, car l’entretien avec l’examinateur compte tout autant :

  • La présentation et lecture du texte (2 points) ;
  • L’étude linéaire du texte (8 points) ;
  • La réponse à la question de grammaire (2 points) ;
  • La présentation synthétique de l’oeuvre et entretien (8 points).

2. Qu’est-ce qu’une analyse linéaire en Fançais ?

 
L’analyse linéaire est une analyse ligne par ligne d’un texte de littérature. Contrairement à l’explication analytique (celle de l’épreuve écrite du bac), on te demande de respecter la progression du texte et de produire une analyse qui rend compte du sens, du style et du but de l’auteur. Il ne faut donc pas sauter les passages difficiles sans les commenter car cela se verra tout de suite!

L'analyse linéaire à l'oral du bac de français

A. Comment faire une analyse linéaire ?

 
Pour construire ton analyse linéaire, nous te conseillons de faire trois lectures différentes du texte. Chaque lecture te permettra d’étudier le texte plus en profondeur et de découvrir des détails que tu n’avais pas vus avant !

La première lecture

La première chose à faire quand on te donne un texte en littérature, c’est de déterminer la carte d’identité du texte qui se répartit en 5 étapes.

Cette première lecture et première détermination des enjeux principaux du texte te permettra de ne pas produire de contre-sens ou d’oublier des choses importantes dans l’analyse. Cette méthode vaut aussi pour l’épreuve écrite du bac.

  • Connector.

    La carte d'identité du texte : 5 étapes clés pour la réussir

    Pour réussir la carte d’identité de ton texte, il va te falloir étudier 5 caractéristiques :
    – Le genre du texte (roman, poésie, théâtre…)
    – Le ton/style/registre du texte (pathétique, tragique, comique…)
    – Les thèmes principaux de cet extrait (l’amour, la guerre, la critique de la société…)
    – Le contexte littéraire dans lequel s’inscrit cette oeuvre (classicisme, romantisme, la Renaissance…)
    – Le but de l’auteur (faire rire, dénoncer les vices des hommes, choquer…)

La deuxième lecture

Dans une deuxième lecture plus attentive du texte, prends des crayons ou surligneurs de couleurs différentes afin de noter sur le texte toutes les analyses et tous les passages qui te paraissent importants, puis essaye de les mettre en lien (en fonction des thèmes, des champs lexicaux, des antithèses par exemple). Nous te conseillons d’écrire au brouillon toutes tes idées et impressions sur le texte, et de prendre des notes sur les marges du texte. Cela te permettra d’approfondir tes analyses et de les préciser dès le travail au brouillon.

La troisième lecture

Dans une troisième lecture, tu vas essayer de comprendre le mouvement général du texte, c’est-à-dire sa logique progressive. On te demande de découper le texte en deux ou trois parties : tes analyses doivent être cohérentes à l’intérieur de chaque partie, et avec l’ensemble du texte. Chacune de tes analyses devra donc être articulée aux parties que tu as délimitées.

B. Le plan

 
Pour montrer que tu as bien compris les enjeux du texte, il faut que tu organises ton explication dans une argumentation bien construite en 3 temps :

L’introduction sert à conduire progressivement à la problématique, elle se construit en 5 étapes :

– Le contexte historique ou littéraire en inscrivant l’extrait dans un mouvement littéraire ou en citant des événements historiques marquants de l’époque si c’est pertinent pour l’analyse de l’extrait ;
– Quelques mots sur l’auteur comme par exemple des faits biographiques marquants ou le rappel d’autres oeuvres qu’il a écrite (astuce pour écrire une belle transition entre le contexte historique et l’auteur : commence cette partie avec C’est dans ce contexte que [l’auteur]…) ;
– Introduis brièvement l’oeuvre (le genre, les thématiques générales, le ton principalement utilisé dans l’oeuvre…). Présente ensuite l’extrait en le replaçant d’abord dans le contexte de l’oeuvre, puis en annonçant l’idée générale du passage ;
– Annonce ta problématique, qui peut être mise en forme de question directe (Dans quelle mesure…? Comment…? Pourquoi…?) ou indirecte (C’est pourquoi nous pouvons interroger…; Il s’agira donc de comprendre comment/pourquoi…) ;
– Explique quel découpage tu as choisi pour analyser le texte, en citant bien les lignes et en justifiant à chaque fois ton choix par des titres que tu donneras à chaque partie.

Même s’il faut faire une analyse ligne par ligne, on ne te demande pas d’énumérer et de relever toute les analyses littéraires (métaphore, comparaison, énumération, chiasme…) de manière indépendante.
Ton développement doit être structuré avec des sous-parties qui correspondent aux différents mouvements du texte. C’est à dire aux différentes étapes qui permettent une progression dans le texte.
Chacune de tes sous-parties doit être commentée et analysée, puis rattachée au mouvement d’ensemble du texte. Relever une figure style sans la commenter ou citer un passage sans dire pourquoi il te paraît important ne sert à rien.

Garde bien en tête le fait que tes analyses et les citations que tu choisis doivent toutes répondre à la problématique : tu n’as pas besoin de rappeler ta problématique à la fin de tous les paragraphes, mais l’examinateur doit remarquer que toutes tes interprétations sont orientées par la problématique : elle est pour toi comme un fil directeur.

En une ou deux phrases, tu dois répondre à la problématique que tu as proposée et tirer une déduction assez brève qui montrera que tu as bien compris le texte. L’examinateur ne s’attend pas à trouver de nouveaux éléments dans ta conclusion : il te suffit de synthétiser tes idées.
“L’ouverture” (elle n’est pas obligatoire, mais recommandée), consiste à “ouvrir” son analyse sur un autre passage de l’oeuvre, un autre texte du même auteur qui fait écho à celui-ci, ou encore un tout autre texte qui évoque des thématiques similaires.
Astuce : c’est un moment stratégique de l’oral, car l’examinateur pourrait t’interroger pendant l’entretien sur l’ouverture que tu proposes : nous te conseillons donc de parler d’un texte ou d’une oeuvre que tu connais suffisamment !

Tu souhaites être informé des dates d’ateliers méthodologiques gratuits ?

Entre ton adresse mail pour être tenu informé des nouvelles dates d’ateliers

3. Que faut-il analyser dans les principaux types et genres de textes ?

 

Il est évident que tous les textes ne seront pas aussi riches en figures de style et que certains extraits ne te parleront pas.

Commente la longueur des vers (alexandrin, décasyllabe, octosyllabe…), les rimes (croisées, suivies, embrassées) et sois attentif aux mots qui sont mis en valeur dans le poème.
Commente les didascalies, le jeu des personnages et l’effet sur le lecteur des répliques.
Observe les descriptions des personnages ou des lieux et cerne l’opinion implicite de l’auteur dans le passage.
Repère la thèse de l’auteur et essaye de comprendre les différentes étapes de son argumentation. Comment fait-il pour amener le lecteur à penser la même chose que lui ?

 
Nous te recommandons également le site bacfrancais.fr, qui propose des analyses sur les œuvres au programme et sur les textes souvent choisis pour le bac. Elles t’aideront à compléter ton cours et à préparer ton épreuve !

Par ailleurs, n’oublie pas qu’après avoir présenté ton analyse linéaire, l’oral n’est pas tout à fait terminé… nous t’expliquons les attentes des professeurs pour la question de grammaire et la présentation de l’oeuvre que tu auras choisie dans l’article : Nouveau bac de français, ce qui change dès 2020.

4. 6 astuces pour t’entraîner pendant l’année

 

Il se peut que l’oral ne te mette pas très à l’aise, et que tu craignes de ne pas réussir à restituer tes connaissance correctement à l’examinateur. Pas de panique : personne a priori n’aime passer à l’oral, mais voici quelques astuces pour t’entraîner et réussir ton épreuve :

  • Connector.

    Si tu es inscrit en tutorat, profite de tes tuteurs pour revoir tes textes et tes analyses avec eux. Une fois que tes plans seront bien ficelés, ils pourront te faire passer un oral blanc et te donner de très bons conseils ! Tu peux aussi faire un stage de Français pendant une semaine de vacances (2h ou 4h par jour) pour travailler la méthodologie avec des tuteurs, et profiter de cette aide personnalisée pour reprendre tes textes un par un.
    Il y a aussi les stages de méthodologie pour apprendre à t’organiser dans tes révisions, ou tu peux participer à un atelier un weekend !

  • Connector.

    Apprends et fiche tes textes tout au long de l’année pour ne pas avoir à apprendre et analyser 15 textes une semaine avant l’examen. À chaque fois que tu fais un texte en classe, reprends-le toi-même et n’hésite pas à changer ou à rajouter des analyses qui te parlent davantage. Écris les introductions et les cartes d’identité de tous tes textes sur tes fiches : dès que l’examinateur te donnera le sujet, tu sauras par où commencer ta préparation ! La carte d’identité du texte comprend les éléments de l’introduction : contexte historique et littéraire, auteur, oeuvre, genre littéraire, etc.

  • Connector.

    De temps en temps, construis ton analyse en 30 minutes au brouillon : cela t’aidera à retenir les éléments d’analyse et t’entraînera à les retranscrire rapidement. Ainsi, le jour de l’oral, tu ne seras pas débordé par le temps.

  • Connector.

    Récite tes fiches régulièrement, seul ou à quelqu’un, pour prendre l’habitude de tenir un discours argumenté à l’oral. L’examinateur évaluera avant tout la clarté et la pertinence de tes analyses, et si tu t’es déjà entraîné sur tes textes tu seras moins intimidé par sa présence.

  • Connector.

    Entraîne-toi à la lecture des textes car, même si cette partie de l’épreuve n’est notée que sur 2 points, une bonne lecture indique à l’examinateur que tu as bien compris le texte et lui donne un a priori positif sur l’analyse que tu vas lui proposer. Attention: les élèves oublient souvent cette étape de l’introduction (entre la présentation de l’extrait et la problématique).

  • Connector.

    Ne te laisse pas déstabiliser par les questions de l’examinateur qui peuvent parfois paraître vouloir te piéger. Il faut engager un dialogue en essayant d’orienter tes réponses vers les œuvres ou les textes que tu connais le mieux.

Quelques conseils pour le jour de l’épreuve

  • Connector.Connector.

    Vérifie avant de partir que tu as tous les documents nécessaires (ta convocation, ta pièce d’identité, une photocopie vierge de tous tes textes). Le brouillon sera fourni.

  • Connector.Connector.

    N’oublie pas de prendre une montre, afin de bien gérer ton temps pendant la préparation et pendant ton exposé ! On croit souvent qu’on n’a pas grand chose à dire, et on finit quand même par dépassé le temps imparti… mais avec de l’entraînement, respecter le temps deviendra beaucoup plus naturel.

  • Connector.Connector.

    Habille-toi correctement et sois poli, car ton apparence est la première impression que tu donnes à ton correcteur. C’est un moyen très simple de montrer à l’examinateur que tu le respectes, et ainsi de bien démarrer ton épreuve.

  • Connector.Connector.

    Si tu n’as pas bien compris une question, demande-lui poliment de la répéter ou de la reformuler.

Nous te souhaitons bonne chance pour ton oral de Français ! Si tu as besoin d’aide pour travailler la méthode, t’entraîner avec des oraux blancs et revoir tes textes avec un spécialiste, viens nous rencontrer à la Ruche : ton premier tutorat est offert !